The Mortal Instrument

J’ai bien trois trains de retard, étant donné que cela fait un petit moment déjà que The Mortal Instrument de Cassandra CLARE est sorti chez PKJ, mais c’est souvent comme ça avec moi. Disons plutôt que j’avais regardé les deux premiers épisodes de la série télévisée Shadows Hunters, tiré des romans, que je n’avais pas du tout aimé, ce qui m’avait donnée un apriori négatif sur le livre et m’avais empêchée jusque-là de franchir le pas. Et finalement, face à l’engouement général pour cette saga, j’ai cédé à la pression de la masse… J’ai lu le tome 1 et commencé le tome 2.

IMG_2868

Mon résumé :

Clarissa Fray est une jeune fille ordinaire vivant à New York. Puis, du jour au lendemain, tout bascule : elle assiste à une scène surréaliste, impliquant à un démon et trois jeunes Chasseurs d’Ombres. Clarissa vient de découvrir qu’il existe un monde parallèle peuplé des créatures de nos contes et de nos légendes. Le lendemain, sa mère est kidnappée et Clary se retrouve embarquée malgré elle dans un conflit magique.

Ma critique :

Le premier tome a été plutôt agréable à lire. Le tome 2 ne m’a pas autant emportée. Il s’agit de littérature de jeunesse et je dois dire que c’est plutôt de la bonne littérature de jeunesse. L’écriture est simple, mais on note ponctuellement quelques effets stylistiques. J’aurais eu 15 ans, sans doute que j’aurais grave adoré !

L’idée du roman est assez ordinaire, c’est du vu et revu : un monde invisible qui évolue en parallèle du nôtre ; mais l’auteure arrive quand même à en faire quelque chose d’original, notamment en ce qui concerne l’Ange et la création des Chasseurs d’Ombre. J’adore l’idée des runes de pouvoir qu’on se dessine sur la peau ; j’adore toutes les références aux mythes et aux légendes… Certains petits détails m’ont un peu rappelée Harry Potter, mais en même temps, comment ne pas s’inspirer de ce monument ?

L’organisation et la hiérarchie du monde que l’auteure propose semblent assez cohérentes et bien construites. L’Enclave, les serments, les Accords entre les Chasseurs d’Ombre et les Créatures Obscures… Tout cela est intéressant. Par contre, dans le tome 2 apparaît l’Inquisitrice, celle qui assure la justice : on ne peut pas lui mentir et elle peut forcer les Chasseurs d’Ombre à dire la vérité grâce à l’Epée de Vérité. Là, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un bond… Quelqu’un a lu la saga L’Epée de Vérité, de Terry Goodkind ? Eh bien, il y a une Inquisitrice à qui on ne peu pas mentir, accompagnée du Sourcier, qui manie l’Epée de Vérité. La ressemblance est tellement frappante que ça me paraît évident que l’auteure s’en soit « inspirée » (copiée). Bref. Passons.

Je trouve quand même que l’intrigue est assez prévisible. Certaines coïncidences sont un peu grosses et j’avais deviné dès le début l’une des grandes révélations de la fin du tome 1. Et à peine avais-je lu quelques pages du tome 2 que j’avais déjà deviné une autre grande révélation, qui ne doit pourtant arriver qu’au tome 4, d’après Internet… (Oui, parce, désolée, mais je ne suis pas allée jusqu’au bout. Et comme je voulais quand même savoir la fin, j’ai lu les résumés détaillés des romans sur le Web).

Passons aux personnages. Ils sont un peu stéréotypés, mais ça passe. Clary n’est pas du tout agaçante – je suis souvent agacée par la niaiserie des personnages féminins dans ce genre de roman, mais ce n’est pas du tout le cas ici ! Même, je dois avouer que je l’aime bien ! On ne tombe pas dans les clichés, tout est dans la juste mesure : c’est une ado assez ordinaire qui, sans être mal dans sa peau et sans être d’une timidité maladive relou, éprouve quelques doutes à son égard, comme toutes jeunes filles de cet âge ; elle a du caractère, sans pour autant se transformer en deux secondes en méga guerrière de l’espace, ce qui est appréciable ; ses sentiments et ses réactions sont plutôt cohérentes avec sa personnalité. Jace, lui, a eu plus tendance à m’agacer. Il est trop arrogant à mon goût. Je sais bien qu’en fait il cache sa sensibilité et ses blessures derrière cette façade, mais le coup du bad boy malmené par la vie, ça devient quand même saoulant… Je préfère largement Simon !

Une autre chose qui m’a sauté aux yeux pendant ma lecture et m’a mise en colère : La Voleuse de Secret – publié chez Lumen édition, qui est je pense le livre que j’ai le plus détesté dans ma vie – ce torchon donc, est en fait une copie ratée de The Mortal Instrument. C’est une fan-fiction, en fait. Une mauvaise fan-fiction. Personne n’a remarqué ?? Ça me scandalise que des trucs aussi nuls soient publiés, alors que de bons auteurs galèrent à trouver des éditeurs ! Si vous hésitiez encore, ne LISEZ JAMAIS La Voleuse de Secret, vous perdriez votre temps et votre argent. Pour connaître mon avis plus en détail sur la question, vous trouverez l’article où je dézingue ce livre ICI.

Pour en revenir à nos moutons : j’ai apprécié ma lecture du tome 1, mais j’ai laissé tombé la lecture du tome 2 autour de la page 220… Et je suis allée voir la fin de la saga sur Internet. Ce n’est pas dans mes habitudes de faire ça, mais j’ai senti que ces romans ne me transcenderaient pas, ne m’emporteraient pas, et j’ai trop de trucs à lire pour me permettre de perdre du temps… Je crois que la littérature de jeunesse n’est plus trop fait pour moi, je suis devenue trop vieille (je n’ai que 23 ans, lol). Disons plutôt que les préoccupations qui agitent les personnages de ce genre de roman ne sont plus mes préoccupations et du coup, j’ai du mal à rentrer dans l’histoire. Dommage que je n’ai pas découvert ce livre 8 ans plus tôt !

Note : 11/20.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s